Nous avons tous, en tant que communicants, rencontrés ce genre de situation. Vous êtes dans les premières étapes pour discuter d’un nouveau projet de site web avec un client et la question suivante surgit inévitablement : “Qui sera responsable du contenu ?”. À peine cette phrase est-elle prononcée qu’elle sonne, d’une certaine manière, le glas de l’issue finale de ce site web. La plupart du temps, le client répond par “j’en serai responsable” ou pire, “notre secrétaire va s’en occuper”. Bien que l’écriture soit quelque chose que la plupart des personnes font au quotidien par le biais de la rédaction de textos, de mail et autres courriers, la rédaction de contenu est composé d’un ensemble spécifique de compétences que tout le monde ne possède pas.

L’apparition d’internet et la standardisation des outils, leur facilité d’utilisation peut, en effet, amener à avoir ce genre pensées. La rédaction de contenu n’est-elle pas au final que de l’écriture pure ? Un simple moyen de partager notre pensée à autrui ?

L’écriture est un héritage et un apprentissage qui est propre à l’être humain. Son origine remonte à plusieurs siècles avec l’écriture cunéiforme et les peintures primitives qui ornaient les murs des cavernes. Depuis, l’humanité a fait un véritable bond en avant et nos moyens de rédaction ont évolués avec les siècles. De la peinture et des pigments colorés aux cochenilles, nous sommes passés à la plume, puis au stylo et enfin à l’ordinateur, aux tablettes et autres supports technologiques de plus en plus révolutionnaires. Les modes de rédaction ont changé, les contenus ont évolué, notre manière de nous exprimer également…

Il est très important d’avoir à l’esprit que l’écriture sur les supports numériques ne peut, en aucun cas, être similaire à celle que nous pouvons pratiquer de manière personnelle sur un carnet par exemple. Le support est différent et il en est de même pour la façon dont nous appréhendons cet écrit. Saviez-vous que sur les écrans, nos yeux ont tendance à lire en « F » ? C’est-à-dire que nos yeux vont suivre le mouvement de cette lettre de l’alphabet et va chercher l’information la plus importante en balayant le texte de cette façon. Tout le reste est oublié, complètement perdu et à peine passé en revue par notre esprit. La faute à l’infobésité… Comment voulez-vous récupérer l’information qui vous est nécessaire en un minimum de temps ? Cette solution est l’un de seul moyen. Lire un article en entier est, de nos jours, devenu quelque chose de rare, presque exceptionnel !

Pour cela, l’article, s’il est long, doit être agréable à la lecture : c’est un minimum ! Et pourtant, bien des personnes, persuadée de bien faire, en sont pourtant incapables : fautes d’orthographe ou de grammaire, ponctuation abusive ou inexistante. La lecture en devient bien vite un véritable calvaire et le lecteur ferme l’onglet.

Au-delà de la forme, il s’agit de manier la langue et toutes ses spécificités afin de pouvoir aisément passer de registres en registres, être capable de parler d’un sujet technique sur un ton ludique ou être capable de s’adapter au public sans difficultés.

Nous, les rédacteurs de contenu devons être de véritable caméléon du style et faire les bons choix stylistiques et linguistiques pour attirer les prospects et clients potentiels.

En réalité, la rédaction de contenu ne comprend pas que la partie “rédactionnelle” mais est bien plus étendue que cela. Le rédacteur web doit également comprendre les pratiques de référencement et être capable de les respecter. À partir d’un ensemble de mots-clés, il pourra créer une ligne éditoriale claire et adaptée à votre auditoire. Les mots se trouvent au cœur du web. Les mots sont ce qui va permettre aux moteurs de recherches d’indexer et de classer votre site. C’est également la première chose que les visiteurs recherchent pour décider si votre site correspond à la requête qu’ils ont tapée. Un bon article web doit non seulement contenir les bonnes informations et être écrit dans le bon style, mais il doit également être formaté correctement, en utilisant des en-têtes, des paragraphes courts et une utilisation appropriée des mots-clés de recherche. En fin de compte, l’écriture de contenu n’est qu’un aspect de la création de contenu. Écrire un article de blog ne signifie pas grand-chose si ce dernier ne correspond pas au site web et ne parle pas à l’auditoire.

Le contenu web, aussi étrange que cela puisse paraître à certains est une priorité. Votre client a déjà une entreprise à gérer. La dernière chose dont il ou elle aura besoin est une autre tâche à rajouter au millier d’autres qu’il a déjà à faire. De part, son aspect simple et accessible, l’écriture de contenu semble une tâche facile à première vue. Néanmoins, il suffit de se retrouver devant une page blanche pour se rendre compte à quel point cela peut être un exercice douloureux.

L’écriture est un exercice bien difficile et tout le monde ne peut se targuer de « bien écrire ». Il s’agit d’un véritable sport qui demande de l’entraînement et amène bien des difficultés la première fois que nous nous frottons à la plume ou au clavier. Chez les Tailleurs du Web, l’écriture est un exercice quotidien que nous pratiquons à travers un pratique personnelle, mais également professionnelle. Nos contenus sont tous optimisés pour les supports numériques et nous nous attachons à faire en sorte qu’ils soient d’une qualité irréprochable afin que le lecteur puisse profiter pleinement du contenu par le biais d’une forme et d’un fond de qualité.

Laisser un commentaire